Comment perd-t-on son permis de conduire ?

Le permis de conduire est une pièce obligatoire à avoir avant de conduire sur une voie publique. Cependant, certaines infractions graves peuvent vous amener à le perdre. La plupart du temps, ce retrait de permis est ordonné par un juge ou les forces de l’ordre. Le cas échéant, vous n’êtes plus apte à conduire durant une période donnée. Mais, quelles sont les différentes façons de perdre son permis de conduire ? Eléments de réponse dans cet article.

Suspension du permis de conduire : une façon de perdre son permis

Il existe plusieurs façons de perdre votre permis. Parmi ces dernières, nous avons la suspension du permis. En effet, un permis peut être suspendu par un préfet avant la décision finale du juge. Ce dernier est le seul à définir la durée de la suspension. Une fois la période achevée, vous pouvez entrer en possession de votre permis. Plusieurs infractions peuvent conduire à la suspension de votre permis de conduire. Au nombre de ces infractions, on a le refus de priorité, le dépassement dangereux et le stationnement dangereux. Peuvent aussi entraîner une suspension le non-respect de l’arrêt au stop ou au feu rouge, la circulation en sens interdit et le franchissement d’une ligne continue.

A découvrir également : 10 conseils pour conduire par temps de pluie

Cependant, vous avez la possibilité de contester la décision de l’administration à travers un recours. Cela doit se faire auprès du tribunal administratif ou du ministre de l’intérieur dans une période de 60 jours suivant l’infraction. Avant le retrait du permis à la suite d’une suspension, vous serez soumis à une visite médicale obligatoire si les causes de la suspension étaient liées à l’usage de stupéfiants.

A découvrir également : Vendre sa voiture directement à un particulier !

Annulation du permis de conduire : la deuxième façon de perdre son permis de conduire

La perte de votre permis peut provenir d’une annulation du permis. Il s’agit d’une décision qui est prononcée par le juge et qui entraîne un retrait définitif de votre pièce. Plusieurs délits peuvent être à l’origine d’une annulation de permis. Parmi ceux-ci, on a la blessure involontaire, le délit de fuite, le défaut d’assurance et l’homicide volontaire. En cas de conduite sous l’emprise de drogue ou d’alcool, il est aussi possible que votre permis de conduire soit annulé. Cependant, certains délits peuvent entraîner une annulation systématique de votre permis. Il s’agit d’une récidive de conduite sous l’emprise de drogue ou d’alcool, et d’une blessure involontaire en état d’ébriété ou d’excès de vitesse. Il faut préciser que toutes ces infractions responsables d’une annulation du permis peuvent conduire également à une suspension.

Par ailleurs, lorsque votre permis est annulé, vous devez le repasser. Si vous êtes un conducteur en permis probatoire, il faudra passer à nouveau l’examen de code et de conduite. Mais au préalable, vous devez subir un examen médical et psychotechnique.

Rétention du permis de conduire : la troisième façon de perdre son permis de conduire

Les situations qui peuvent entraîner une rétention sont entre autres la conduite en état d’ivresse, le dépassement de la vitesse requise, la conduite sous l’emprise de la drogue ou d’alcool. Dans l’un ou l’autre des cas, la durée maximale de rétention est de 72h. Cependant, le préfet a la possibilité de suspendre le permis durant la période de rétention.

En somme, vous pouvez perdre votre permis après une suspension, une annulation ou une rétention. Mais, il faut noter qu’une invalidation du permis peut aussi donner lieu à la perte de ce document. Le cas échéant, vous ne serez autorisé à passer un nouveau permis que 6 mois plus tard.

ARTICLES LIÉS