La marge bénéficiaire sur les coûts variables

Aujourd’hui, en matière de comptabilité, les professionnels font recours à un grand nombre de données. L’une d’elles est la marge sur les coûts variables. C’est une donnée importante issue de la comptabilité analytique en particulier. Elle favorise la mise en évidence de la marge de manœuvre financière dont dispose une entreprise. Cela permet le financement de ses frais fixes et une fiche y est consacrée. Voici alors tout ce qu’il faut savoir sur la marge bénéficiaire sur les coûts variables.

Qu’est-ce que la marge bénéficiaire sur les coûts variables ?

La compréhension de cette donnée requiert au préalable l’intégration de quelques paramètres fondamentaux de comptabilité. Il faut avant tout savoir que le chiffre d’affaires généré par une entreprise sert à la couverture de deux types de frais. On dénombre les coûts variables d’un côté et les coûts fixes de l’autre côté.

A lire aussi : Que faire avant et après son déménagement à Lyon ?

Les premiers comme leur nom l’indique correspondent à un montant qui varie. Cette variation se fait ici compte tenu du volume de l’activité, proportionnellement ou non. Quant aux coûts fixes, leur montant n’est soumis à aucune variation. Pour ainsi dire qu’il reste identique, quel que soit le niveau de l’activité. Par la suite, lorsque ces charges sont bien couvertes, l’entreprise réalise un bénéfice.

Par définition, on peut donc dire que la marge bénéficiaire sur les coûts variables représente le surplus du chiffre d’affaires. On précise qu’il s’agit de celui sur les charges variables. Cette donnée est enfin retranscrite dans un compte de résultat différentiel. Retenez que la marge bénéficiaire sur les coûts variables est une donnée essentielle pour toute entreprise surtout pour celle de production.

A découvrir également : Comment rentrer à la maison sans clé

Comment effectuer le calcul d’une marge sur coûts variables ?

Pour procéder au calcul de la marge sur coûts variables (MCV), vous devez différencier les charges fixes des charges variables. Cette distinction se fait en fonction de la composition structurelle des coûts de l’entreprise. En effet, tous les postes comptables de la balance générale de l’entreprise doivent être : soumis à une analyse. Le compte de gestion est particulièrement concerné et cette analyse permettra d’identifier la nature de chaque poste.

À ce niveau, on recommande de mettre en place différents axes analytiques si l’entreprise a une comptabilité analytique. Il en est de même si elle possède une comptabilité générale. Le poids de cette démarche se verra ainsi allégé et les difficultés moindres. Chaque dépense sera : effectuée dans un compte général et ventilée sur les axes choisis par la société.

Après l’affectation des charges, le calcul de cette donnée peut se faire globalement au niveau de l’entreprise. On a la MCV qui est : obtenue grâce à la différence entre le Chiffre d’affaires et les Charges variables. Dès lors, le taux de marge sur coûts variables (TMCV) peut également être calculé. Il suffit de diviser la Marge sur coûts variables par le Chiffre d’affaires.

Les avantages du calcul de la marge bénéficiaire sur les coûts variables

La marge bénéficiaire sur les coûts variables est un véritable indicateur de rentabilité. Son calcul permet premièrement d’assurer que l’entreprise réalise un volume d’affaires suffisant. Ainsi, elle pourra faire face à ses coûts fixes et générer un bénéfice considérable. Cette marge, à la différence des coûts fixes calculés globalement, peut être : déterminée par produit ou par activité. Il est aussi possible de prendre en compte la famille de produits.

Grâce à cette faculté, vous pouvez mesurer la performance et la rentabilité de chaque produit ou branche d’une entreprise. À cela s’ajoute l’évaluation de la contribution de chaque produit à subventionner les coûts fixes globaux de l’entreprise. En gestion d’entreprise, les décisions prises en matière de coûts cheminent vers une stratégie de variabilité des coûts fixes. L’enjeu est de rendre les coûts fixes variables pour réduire le risque financier encouru en cas de baisse du volume des ventes.

Enfin, le calcul de la marge sur coûts variables facilite le calcul de ratios financiers essentiels. Ce sont le seuil de rentabilité et la marge sécuritaire. Le seuil de rentabilité correspond au rapport entre les charges fixes d’une entreprise et son taux de marge sur coûts variables. Il donne exactement le montant du chiffre d’affaires à réaliser pour couvrir les taux fixes et avoir un résultat nul.

Lorsque l’entreprise maîtrise son seuil de rentabilité, elle peut déterminer l’avance monétaire afin de financier des frais fixes supplémentaires éventuels. La marge de sécurité représente donc la différence entre le chiffre d’affaires réalisé et le seuil de rentabilité.

ARTICLES LIÉS