Quel est le rôle d’un frère ou d’une sœur ?

Les conflits entre frère et sœur : une fatalité ? Les conflits entre frère et sœur : un vaste problème à la fois commun et commun dont les raisons sont parfois difficiles à comprendre.

Souvent, quand nous parlons de la relation entre frères et sœurs, les réactions sont assez aiguës. Soit ils sont les plus complices du monde, soit ils se détestent au point de ne plus voir dans la peinture ! Cependant, il est rarement question de comprendre quelle serait l’origine de tels conflits. Comme s’il y avait un décès face à leurs stocks. L’accord entre frère et sœur serait une sorte de coup de hasard : parfois cela fonctionne et parfois pas. La psychologue Jeanne SAFER dira : « Je pense que les gens ont tendance à considérer les relations frère-soeur comme une affaire fermée, qui n’ont aucune raison de rouvrir.

A lire également : Pourquoi instruire ?

Cependant, il y a quelques clés pour mieux comprendre les raisons de ces conflits entre frère et sœur !

« Mais je n’ai pas choisi !

 » Beaucoup d’enfants ont vécut comme une injustice l’arrivée soudaine d’un petit frère ou d’une petite sœur. Parce que si ce nouveau venu (sinon envahisseur) peut certainement être désiré par les parents, les enfants déjà présents ont rarement une voix sur cette question. En conséquence, ils ne voient pas nécessairement ce changement de situation avec un bon œil.

A lire aussi : Quel est le programme de 6e ?

Les frères sont toujours une source de rivalité . Les conflits entre frères et sœurs peuvent aller de simples querelles ou, dans des cas plus graves, à l’expression d’une haine explosive et destructrice.

Premier conseil : accepter l’existence du conflit

En fait, de nombreuses situations pourraient être apaisées si l’on acceptait simplement l’existence de cette rivalité plutôt que d’essayer à n’importe quel prix de la minimiser ou même de la nier. Combien de parents n’ont pas déjà dit à leur aîné de prêter attention à leur plus jeune, de les aimer et de prendre soin d’eux ?

Si la pression est trop élevée, divers problèmes de ce type de commentaire.

  • Pression coupable :

Lorsque le vieil homme a trop de responsabilité envers son plus jeune enfant, il devient difficile pour lui de le gérer. Il peut certainement l’aider, partager avec lui des moments de complicité. Cependant, ce n’est pas leur rôle de prendre soin du bien-être des autres enfants frères et sœurs. Ce serait une responsabilité trop lourde à assumer et pourrait devenir une source de culpabilité. Quand les attentes sont trop grandes, il est difficile de les satisfaire toutes !

Oriane témoigne de son expérience de femme âgée et des difficultés qu’elle a rencontrées. À la naissance de son petit frère « que personne ne voulait », Oriane reçut la tâche de s’occuper de lui. Si au début l’enfant peut se sentir apprécié pour avoir obtenu un statut spécial, ce privilège se transformera rapidement en poison contre l’ampleur des exigences et des attentes exigées par ce rôle de mère porteuse. Un jour Oriane Il a dit d’arrêter avec ses parents. Elle avait les ressources nécessaires pour se retirer de ce rôle qu’elle n’aurait pas dû assumer.

Le poids de cette responsabilité peut avoir des conséquences sur la nature des frères et sœurs. Cela peut être à l’origine des conflits entre frères et sœurs. Face à ce genre de situation, un sentiment de ressentiment peut s’installer chez les personnes âgées envers les plus jeunes. En fait, ce dernier, en plus de prendre toute l’attention des parents, devient également la source des reproches qu’il reçoit. Un jour, le vieil homme peut être fatigué d’une telle situation et revenir à un conflit ouvert pour mettre fin à ce rôle qu’il ne veut plus. Ou bien elle sera pleinement accomplie à sa tâche qui, à long terme, peut avoir des conséquences plus graves.

  • Une internalisation du conflit :

En empêchant l’enfant de s’exprimer sur la rivalité et le conflit qu’il vit, vous n’arrêterez pas le fait qu’il ressent ces émotions. Afin de ne pas pouvoir en parler, vous les accumulerez sans les évacuer. C’est peut-être pour ça qu’il agira parfois brusquement ou violemment. Il cherche à partager une émotion qu’il ne sait pas exprimer autrement.

Bien sûr, il ne s’agit pas de s’excuser pour un acte de violence. Il s’agit d’essayer de comprendre la cause qui serait à l’origine de cette violence.

Astuce : Si ce genre de situation se produit, l’idéal est d’avoir une discussion avec l’enfant pour comprendre ensemble ce qui vient de se passer. Il peut être intéressant de demander à l’enfant s’il comprend pourquoi vous ne soutenez pas un tel comportement. Cela vous permet d’ouvrir la discussion avec lui. Ensuite, vous pouvez vous expliquer qu’il y a des comportements acceptables et d’autres qui sont inacceptables . Regardez ensemble pour trouver des cas spécifiques pour illustrer chaque catégorie ! Par exemple : il est acceptable que vous ne voulez pas jouer avec votre petite sœur, mais il est inacceptable de jeter des jouets dans de la place pour exprimer leur refus.

Et si c’était une opportunité ?

Au lieu de diaboliser systématiquement les conflits entre frère et sœur, s’il y avait là un phénomène rassurant et tout à fait normal. En fait, comme le rappelle la psychologue Catherine Vanier : « Qu’elles soient réprimées ou exprimées, la jalousie et la rivalité sont inévitables chez les frères. Loin d’être négatifs, ils agissent comme un stimulant, un ferment à la construction de l’identité psychologique de l’ enfant. C’est pourquoi les parents devraient les accepter. »

Pas de conflit, pas de soucis ?

Ce serait si bon s’ils ne se sont jamais disputés : il n’y a pas de cris dans la maison et pas d’histoire à résoudre, rêve ! Vraiment ? Que se passerait-il si derrière cette parfaite compréhension il y avait un problème sous-jacent ?

Il semble assez surprenant qu’il n’y ait jamais de conflits entre frère et sœur. Ou partagez tout sans le moindre souci. Il est possible que tous deux ont cherché à prouver qui est l’enfant le plus gentil, celui qui est le plus parfait aux yeux des parents. Cela peut arriver lorsque l’entourage cherche, souvent inconsciemment, à suivre l’image de la famille parfaite . Les enfants ressentent cette intention et cherchent par tous les moyens à la faire correspondre. Arrêtez de laisser une partie de votre personnalité de côté.

Astuce : Assurez-vous que chaque enfant développe ses propres compétences. Vous pouvez faire une activité spécifique avec l’un de vos enfants : lire un livre avec l’un, faire un puzzle avec l’autre. Peut-être que cela peut conduire à quelques commentaires ou à la jalousie à l’avenir, mais il vaut mieux que celui-ci soit ouvertement exprimé ! Cela vous donnera une bonne occasion d’en discuter. Sinon, ces jalousie risquent de s’accumuler jusqu’au jour où tout déborde et devient ingérable.

Pour standardiser trop, nous perdons votre identité :

Parfois, sous la Le prétexte de bons soins, les parents vont essayer d’éliminer toutes les traces d’inégalité chez les frères et sœurs. Par conséquent, les enfants se verront attribuer les mêmes jouets, les mêmes vêtements… Cependant, si sur papier cela semble être une bonne attention, en fait, c’est une histoire complètement différente !

Face à cette uniformité, l’enfant ressentira le besoin d’exprimer son individualité d’une certaine manière. Ce qui est une bonne chose ! Cela signifie, par exemple, l’appropriation d’un jouet particulier. Cela interviendra en tant que facteur dissociatif . C’est ce qui le rendra différent, qu’il est lui et l’autre est l’autre. Il est important que chacun puisse développer son univers, son intimité, et qu’il soit respecté.

C’ est parfois en confrontation les uns avec les autres que nous nous découvrons. Cherchant à se démarquer, l’enfant va construire sa personnalité. Par exemple, vous pouvez découvrir une passion pour un sujet particulier.

  • Que se passe-t-il si voulez -vous faire la même activité ?

Souvent, lorsque les personnes âgées commencent une activité, les enfants plus tard seront naturellement tentés de faire la même chose. Encourager les activités des frères est une bonne chose. Cependant, soyez prudent s’ils font encore les mêmes activités, les enfants consciemment ou inconsciemment essaieront de se démarquer. C’est souvent dans de telles situations qu’ils peuvent se permettre de réduire les observations pour se valoriser au détriment des autres. Veillez à ne pas encourager ce type de comportement en comparant les compétences et les résultats des enfants. Cela peut inconsciemment soutenir des conflits entre frère et sœur.

Astuce : Si, par exemple, tout le monde veut faire de la musique, chaque enfant peut jouer un instrument différent ! Ils peuvent ainsi partager la même passion, mais chacun aura son propre champ d’expression. Être dans le même domaine peut se développer un peu esprit de compétition. Cependant, tout le monde sera en mesure de mettre en évidence leurs propres spécificités et la rivalité peut servir de moteur pour donner à l’enfant envie de faire de son mieux.

Si vous voulez développer les talents de vos enfants, vous pouvez appeler nos grands smartsitters !

En conclusion, lorsqu’il est correctement administré, le conflit n’est pas nécessairement destructeur, au contraire, il peut permettre à l’enfant de se découvrir et de comprendre les relations sociales avec d’autres personnes. Les interactions entre les individus sont parfois complexes, mais c’est précisément cette complexité qui donne de la richesse aux échanges. Le plus important est de maintenir une approche bienveillante et respectueuse des interactions, même lorsqu’elles sont en conflit.

ARTICLES LIÉS