Quelles sont les conséquences de Labandon scolaire ?

L’ abandon scolaire est aujourd’hui un problème majeur dans le système éducatif marocain. Près de 260 000 élèves ont abandonné l’école en 2017-2018, chiffre qui a considérablement diminué par rapport à la même période en 2008, où 440 000 enfants ont abandonné l’éducation. Une diminution de près de 50 %, qui reste à améliorer afin de relever le défi posé par le Maroc et de mettre fin à ce problème.

A voir aussi : Quel est le programme de 6e ?

La pauvreté, la distance géographique par rapport à l’école, les inégalités territoriales et régionales et la qualité de l’éducation, le travail des enfants, les mariages précoces et le retour à l’analphabétisme sont plusieurs causes du décrochage scolaire au Maroc. La Fondation Banco Attijariwafa a repris la question, afin de développer les ressources déployées par les pouvoirs publics et l’état d’avancement des projets visant à résoudre ce fléau, à travers une conférence-débat tenue la semaine dernière sur le thème : « Décrochage scolaire : comment arrêter le fléau ? »

Youssef Belqasmi, secrétaire général du Département de l’éducation nationale du Ministère de la tutelle, dit que « après une étude menée par le Ministère pour identifier les causes réelles du fléau, les résultats ont montré que la distance et le manque de transport scolaire constituent 21,1%, le rejet des élèves 20,3% , pauvreté 18 %, échec scolaire 11,5 % et refus des parents 10 %. L’école préscolaire a également un fort impact sur la croissance du fléau. Seul l’accès à l’éducation préscolaire a réduit de moitié le taux d’abandon scolaire. » Le Ministère de la tutelle prend donc plusieurs mesures correctives et préventives pour lutter contre ce fléau. Infrastructures, transports, internat, campagnes de sensibilisation pour les parents et les enfants, solutions pour sauver l’avenir des jeunes de demain.

A lire en complément : Qu'est-ce qu'on pourrait faire comme activité ?

La société civile a également joué un rôle clé dans l’éradication de la décrocheurs scolaires. Diverses associations ont mis au point un certain nombre de programmes qui aident plusieurs enfants à entrer ou à retourner à l’école. Ces programmes novateurs de sensibilisation, tels que le programme Tanouir de l’association Kane Ya Makane, le programme Tayssir, créé par le Ministère lui-même, le programme Insaf pour la réinsertion des jeunes filles, ou le programme Aneer pour la petite enfance en milieu rural et l’école numérique initiée par La Fondation Zakoura, tous les projets qui ont porté leurs fruits pour sauver et préserver un certain nombre d’enfants de l’abandon scolaire chaque année.

« Au total, 259 000 étudiants abandonnent chaque année et le taux le plus élevé est enregistré au niveau universitaire », explique Belqasmi, ajoutant que « l’abandon scolaire est un problème mondial, et le Maroc a réalisé des progrès significatifs à cet égard ».

Se félicitant des efforts du Maroc en tant que modèle d’éducation non formelle en Mena, Philippe Maalouf, chef de l’éducation pour le Maghreb de l’UNESCO, a déclaré que « l’abandon scolaire n’est pas un phénomène qui affecte uniquement le Maroc et que la lutte contre ce fléau est un processus très lent qui varie d’un pays à l’autre. Les pays qui ont réussi à lutter contre ce phénomène sont ceux qui ont lancé un processus de solutions au niveau local. »

L’ éducation extrascolaire joue également un rôle important dans la réinsertion des décrocheurs. Selon les données communiquées par le ministère, 67 400 élèves entreront dans les écoles de la deuxième chance pour l’année scolaire 2018-2019.

ARTICLES LIÉS