Pourquoi instruire ?

Lorsque vous éduquez votre enfant dans une famille, qu’il ne soit pas l’école, plutôt à l’école à domicile, assez mixte ou autre, vous obtenez souvent la fameuse question « pourquoi ? »

Vous pouvez être le parent d’un éco-enfant curieux de savoir pourquoi certaines familles choisissent l’IEF (Family Instruction). J’ai posé la question sur les groupes Facebook dans l’idée de le transformer en un article participatif. Voici les témoignages de 59 parents francophones du monde entier que j’apprécie.

A découvrir également : Quel message pour des condoléances ?

A lire en complément : Qui peut bénéficier de la prime d'activité ?

Pour rendre mon fils heureux, il s’est épanoui

« Pour votre bien-être, votre bonheur. Depuis son abandon scolaire il y a 5 mois, elle a été heureuse et a demandé à travailler pour apprendre ! » « J’ai enlevé ma fille de l’école parce que je voulais la trouver. Mon choix d’aller à l’école à la maison était d’abord pour ma fille, donc elle pouvait redécouvrez vous-même, redécouvrez votre vrai moi ! (et cela fonctionne 😉 » Melissa : « Découvrez qui nous sommes et développez votre unicité au maximum. Mais nous devons dire que nous sommes maintenant au lycée, en partie. Au départ, il s’agissait simplement d’un projet de vie et de partage qui nous a permis de voyager sans se soucier de la période scolaire. « Pour le bien-être et l’équilibre psychique de mon fils parce qu’il est considéré comme différent des autres et a entravé l’éducation. »

Pour regagner confiance en lui

« Pour moi, le garçon de 11 ans m’a fait une dépression dans cette1 puis en cm2, « Bonjour, je suis une mère de trois enfants 18 ans 16 ans et 7 ans. J’ai eu la sclérose en plaques tout a commencé quand ma maladie est arrivée, je ne pouvais plus emmener mon fils à l’école. Sa première année scolaire a eu lieu à la maison, après avoir fréquenté l’école de 4 à 7 ans. Tout d’abord, j’avais des soucis d’amener mon fils, nous avons appelé les parents d’un étudiant – personne. Donc je paie quelqu’un pour l’amener. Dans Décembre, j’ai été hospitalisé et là j’ai commencé à réfléchir sur la scolarité de mon Théo. Je me suis arrêté à leurs cours, leçons, devoirs, sorties et réalisé la pauvreté du travail. Theo a commencé à avoir des troubles d’apprentissage, la concentration. Il a commencé à avoir des migraines, des malaises, de l’insomnie, de l’agitation, du vocabulaire agressif après avoir suivi « Je ne veux pas aller à l’école, je pue, je ne comprends rien ». Il se frappait quand il ne pouvait pas y arriver, alors j’ai dit arrêter. Theo m’a parlé de son être maléfique, de ses difficultés. J’ai décidé de le faire en plus de ses cours. Pour tout me prendre avec Theo. Ça fait trois mois que nous avons travaillé en plus de son école, il a regagné un peu de confiance en lui et un jour il vient me parler et il me demande s’il pouvait faire l’école à la maison ? Parce qu’il a réalisé ses progrès à travers ses devoirs. Alors j’ai demandé, j’ai beaucoup lu parce que je croyais que l’école était obligatoire. Je me sentais soulagé quand je lis que l’école n’est pas obligatoire, l’éducation l’est. Alors Theo et moi avons décidé de faire l’école à la maison, ce sont les mots d’un garçon de 7 ans ! ! ! Nous commencerons en juin, nous sommes heureux et motivés. Je veux ajouter quelque chose : mon premier enfant qui a maintenant 18 ans quitte le lycée. Depuis son CM1, il est à l’école. Je peux vous dire qu’il a été écrasé, bouleversé par l’école. Il a perdu confiance en lui. Si j’avais su que c’était légal pour l’école à domicile, je l’aurais déjà fait. Résultat de carrières : il est 18 ans, un mauvais passé académique, pas de commerce dans sa poche, revient au point de départ.Voilà mon histoire, nos enfants ne sont pas aimés. Dès qu’ils sont plus lents, plus sensibles, plus curieux, plus tout, nous les sacrifions, nous les oublions. Je faisais confiance à l’école, à l’éducation nationale, mais ici, je veux que mes enfants soient heureux, bons dans leur tête, leur vie. Je ne veux plus de toi. être des moutons ! ! ! » nous avons enlevé son AVS. Je l’ai enlevé avec un niveau ce2 en cm2. Les 6 années très lentes, pas de concentration, en retard et me dire qu’il n’y a pas de répétition si longtemps vivre l’école à la maison à leur propre rythme, ils sont heureux. »

« Mon fils a 10 ans et nous commencerons l’école à la maison en septembre pour sa cinquième année. J’ai choisi de le faire parce que votre TDAH de type mixte avec trouble d’opposition provoque trop de situations qui vous donnent peu de confiance en elle. Dernièrement, il a passé 2 semaines à l’école sans être en classe parce que ça ne marche pas. Il est académiquement très bon, il est l’un des meilleurs de sa classe et n’est même pas en elle ! ! ! (c’est pourquoi je suis chanceux). Donc, avec l’année écoulée et cette année, nous avons décidé de faire l’école à la maison pour les 2 prochaines années, pour vous aider à en faire une meilleure estimation et vous pouvez dépenser de l’énergie à votre propre rythme pendant le journée. Travaillez sur vos forces et non sur vos faiblesses. J’ai 2 enfants, ma première bientôt 13 ans (Mael) et ma seconde 9 ans (Nola). Un très doux et introverti qui a une exécution lente d’où l’IEF pendant quelques mois. Ma fille est éduquée dans une école parce qu’elle est très extravertée et a besoin de l’effet de groupe (donc nous devons nous adapter à l’enfant). Mon fils avait de gros problèmes avec sa lenteur, dans une société d’avantage « trop actif ». Les enseignants ne pouvaient plus le supporter, donc avant qu’il ne finit dans la dépression, je voulais faire le FEI. La FEI a un effet « miracle » sur elle, est plus satisfait, prend confiance en elle, apprend mieux et plus… JE L’AIME ! ! !

« J’ai un enfant avec des défis particuliers pour qui les routines et trop de règles scolaires sont inappropriées et ruiner sa motivation et sa confiance en lui. En outre, vous devez aller à votre propre rythme, parfois rapide et lent d’autres fois. »

Être

gratuit

Vic : « Pour que mes enfants aient la possibilité de connaître une vraie liberté d’être, de vivre, de choisir et surtout de penser. Le vrai bonheur et la vraie chance de l’IEF, c’est la liberté !

ARTICLES LIÉS